Comment éviter les gros mots avec les enfants ?!

Les gros mots sont la hantise de la plus part des parents, c’est quand on a des enfants que l’on se rend compte à quel point notre langage commun est chatié et qu’il est facile de jurer. depuis que J’ai des enfants, j’ai toujours eu peur que ceux-ci disent leurs premiers gros mots et si j’ai réussi à les épargner, l’école les aura initié au vocable français et ses dérivés.

Depuis que mon fils ainé est né (ahah) nous avons toujours fait attention sa mère et moi de ne pas trop jurer devant lui et d’utiliser un vocabulaire plus adapté à un enfant.
Mêmes lorsque des amis ou de la famille viennent à la maison ou s’adressaient aux enfants, nous les reprenons régulièrement… Pas évident !

Voici quelques traductions :
Merde = Zut
Je vais chier = Je vais au pot
Connard = Méchant monsieur
Connasse = Belle maman (je rigole elle est adorable)
Putain ! = Crotte
etc…  vous avez compris le principe.

enfant-gros-mots-merde-putain

Mais cela est plus facile à dire qu’à faire quand vous parlez sans retenue depuis plusieurs années et que vous n’avez pas été souvent face à des enfants.
Le pire étant probablement les mots “merde” et “putain” très utilisés dans notre quotidien (notamment en interjection quand on a une mauvaise surprise où que l’on s’est cogné)

Le “Merde” a trouvé son astuce dans le fabuleux mot qu’est “Mercredi” (notamment utilisé par Jim Carrey) MAIS pauvre fous innocents que nous sommes l’utilisation régulière de ce mot pour compléter le “mer….” va malheureusement entrer dans le quotidien de l’enfant et arrive le jour où au parc vous l’entendez crier avec ses copains “Mercreeediiiii” en courant.
Alors oui, c’est drôle car ce mot n’est pas un “gros mot” et la plupart des parents et enfants ne comprennent pas pourquoi votre fils crie un jour de la semaine comme ça.
Mais pour vous qui comprenez la prononciation de ce mot en dehors de tout contexte est un gros allègrement utilisé par votre enfant et ça ne vous rend pas du tout fier.
Comprenez que l’on a simplement subtilisé un mot pas un autre, j’aurai pu dire “saperlipopette” le résultat aurait été le même, cela reste un mot utilisé pour exprimé un mécontentement utilisé à tord et à travers par un enfant qui ne maitrise pas son sens.

Pour le mot “Putain” que j’utilise largement moins (je vous rassure), je n’ai pas trouvé de substitut à ce jour et le début du mot “Puuuuu..t..” reste souvent sur une note longue au fond de ma bouche sans que l’enfant ne comprenne ce que je veuille dire… jusqu’au jour il entre en primaire.

Forcément, en présence d’enfant plus grands (jusqu’à 11ans) d’autres gros mots sont entendus et de temps en temps mon fils revient à la maison avec cette question innocente : “est-ce que xxx c’est un gros mot ?”… 80% du temps oui.

Malheureusement vous ne pourrez pas éviter à votre enfant d’entendre des gros mots mais vous pourrez lui apprendre l’importance “du bien parlé” et essayer de définir avec lui un degré de grossièreté ou d’usage de mots communs.
Exemple :
Mec, gamin, crotte : ce ne sont pas des gros mots

Et puis arrive le mot “Gueule” (vous l’attendiez) qui dans la pratique est la bouche des animaux mais a été détourné dans notre langue précédé du possessif “ta” pour composer la fameuse expression demande à un individu de se taire : “Ta gueule !”.
Mon fils regorge d’imagination pour essayer de caser ce mot dans une phrase anodine pour le simple plaisir de nous préciser “ce n’est pas un gros mot” (mais qui dans sa tête est une provocation clair).

Bref, les enfants sont plus intelligents qu’on ne le pense et savent très bien faire la part des choses quand on parle de gros mots, bien souvent ils répèteront un gros mot sans en comprendre le sens mais parfois ils sauront vous faire tourner en bourrique en placement un petit “@#$*” dans un chuchotement tentant de placer le mot interdit 😉

jean

jean

Papa "génération Club Do" ou papa-geek pour les intimes, je suis un papa qui se dit moderne : Je fais le ménage, la vaisselle, j’emmène le gosse à l'école et je consacre mes weekend à son éducation.

Ma passion : les mangas, les jeux-vidéo et tout ce qui est techno... j'essaie d'éduquer mon fils de façon à ce qu'il ait la chance de vivre tout ce qui a fait la joie de ma jeunesse tout en le laissant s'épanouir avec ses propres expériences...
jean
Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0