[Jeux vidéo] Sa première partie de Pokémon à 6 ans

pokemon-enfant

Cela devait arriver, bien qu’il ne regarde absolument pas le dessin animé il les connaît, il en a entendu parlé… Les Pokémon !

La première fois que j’ai joué à Pokémon (Rouge/Bleu) j’avais 16 ou 17 ans, déjà féru de RPG (beaucoup moins aujourd’hui, le J-RPG m’a lassé) j’attendais cet OVNI vidéoludique depuis longtemps. Je pense que j’ai dû y passer une bonne quarantaine d’heures et j’avais à l’époque récupéré tous les Pokémon.

C’est désormais  au tour de mon fils, 6 ans de prendre le flambeau. Pour l’histoire, je lui avais promis qu’il pourrait y jouer quand il serait capable de lire (a peu près correctement) car c’est une condition sine qua non pour apprécier ce type de jeu. C’est désormais chose faite, et j’ai dû ressortir la “vieille” Ninento DS (oui je n’ai de 3DS ou 2DS et je n’ai pas encore l’envie de l’acheter … ou tout du moins investir pour mon fils pour le moment, celui-ci étant déjà très demandeur de jeux-vidéo… on en reparle après) avec les jeux Pokémon Diamant, Or et Blanc (oui je ne les ai pas tous).

Commençons donc par allumer la console avec Pokémon Or (faisons dans l’ordre).

Le gamin se retrouve balancé dans un RPG où il incarne un garçon ( à qui il a donné son prénom 😉 ) celui-ci doit aller retrouver le professeur Chen qui lui expliquera le monde des Pokémon.
Bien que les dialogues soient assez simples et pas trop longs certains mots sont compliqué (notamment les noms des Pokémon). Pour cela il a  quand même besoin d’être épaulé par papa qui lui expliquera certains mots ou certaines actions.

Loin d’être con, le gamin a le jeu dans le sang et comprend très rapidement les actions de bases (attaquer / fuir).
La notion d’exploration peut prêter à confusion surtout que, soyons honnête, les jeux Pokémon vieillissent mal (ou pas du tout si vous y jouez depuis le début). La vue isométrique, les Pokémon pixelisés, mon grand garçon n’a pas l’habitude de jouer à ce style sur des petits écrans (lui qui est quasiment né la tablette dans la main).

Bien qu’habitué au style rétro (il a déjà joué à Mario, Sonic ou certains jeux indé en style pixel) le fait d’y jouer sur un écran de console portable est assez perturbant. En effet, il faut bien plus lire que déduire, chose qu’il avait l’habitude de faire avec du tactile où globalement on peut appuyer partout. Là il doit comprendre le design, les objectifs et surtout lire ce qu’il doit faire.

Bien qu’il s’agisse d’un RPG, on n’est pas dans un open world (tellement à la mode) où il peut faire n’importe quoi (il maîtrise d’ailleurs très bien Minecraft).
Non dans Pokémon on doit suivre un minimum les règles pour avancer, pire, on doit les accepter…

Ainsi la notion “d’XP” ou d’entrainement en langage commun lui était quasiment inconnu. Le fait de ne aps comprendre pourquoi il ne peut pas battre un maître d’arène parce que ses Pokémon sont trop faibles est très frustrant (et je le comprends). Devoir aller se battre 4 ou 5 fois contre des mecs random pour augmenter la puissance de ses Pokémon l’a gonflé au possible (je ne vous parle pas des apparitions aléatoires).

S’il a bien compris les notions de “nature” (eau/feu/insecte/electrique…) et d’avantages des uns par rapports aux autres, toute la notion de gestion et entrainement l’a saoulé.

Du coup, comme pas mal de personnes aujourd’hui il n’accroche pas au système de jeu au tour par tour (trop lent, demande à “réfléchir”, hyper répétitif).
j’ai presque peur de l’avoir dégouté du style (bien que ça ne soit pas grave en soi) mais c’est peut être le principal problème du style de jeu de Pokémon, le J-RPG n’a pas la côte et n’est pas simple  à aborder pour les plus jeunes (dont il est “en premier lieu” la principale cible… bien que le sait tous que ce sont les adolescents et jeunes adultes qui y jouent le plus).

Bref, Pokémon n’a convaincu mon fils de 6 ans… non pas par son univers très riche mais pas son style de jeu (et un peu pas son design sur la version Or). Peut être que la futur version Pokémon Go sur Smartphone le convaincra…

jean

jean

Papa "génération Club Do" ou papa-geek pour les intimes, je suis un papa qui se dit moderne : Je fais le ménage, la vaisselle, j’emmène le gosse à l'école et je consacre mes weekend à son éducation.

Ma passion : les mangas, les jeux-vidéo et tout ce qui est techno... j'essaie d'éduquer mon fils de façon à ce qu'il ait la chance de vivre tout ce qui a fait la joie de ma jeunesse tout en le laissant s'épanouir avec ses propres expériences...
jean