Vivre une césarienne

Hôpital de La Pitié Salpétrière

Et voilà, je suis père pour la seconde fois. Cette fois-ci, c’est un petit garçon, que du bonheur !

Je voulais partager avec vous l’expérience de la césarienne quand on est papa. On en parle souvent pour les mères, mais jamais pour les pères. Pourtant, c’est une sacrée expérience si on a la courage d’y assister. 

Pourquoi la césarienne ?

Notre premier enfant est né par césarienne, et il y avait une grande chance que ce soit la cas pour le second. Les dernières semaines précédant la date de terme, ma femme se rendait régulièrement à la maternité pour suivre l’évolution du bébé. Le travail ne s’était pas lancé et le poids du bébé était évalué autour de 4,4 kilos. La décision est donc prise de programmer une césarienne pour limiter le risque. 

On nous laisse le choix d’entrer à l’hôpital ou de rentrer chez nous, la césarienne étant programmée le lendemain. Nous passons donc la dernière soirée chez nous (devant le dernier épisode de GOT :))

Une journée intense en émotions

Nous arrivons donc le matin à 7h30 à l’hôpital de la Pitié Salpétrière, où un nouveau protocole a été mis en place. La maternité a été entièrement rénovée, on nous installe dans une salle où ma femme peut se changer et un dernier monitoring est effectué. Les sages femmes ainsi que le chirurgien viennent se présenter et nous expliquent les prochaines étapes. Tout est très clair et tout le monde affiche calme et sérénité. 

Nous venons ensuite nous chercher, ma femme part tranquillement dans le bloc opératoire et moi je reste à l’extérieur pour enfiler une blouse, mettre un masque et bien désinfecter mes mains. Pendant que j’attends dans le couloir, tout le monde s’affaire autour de ma femme pour la préparer et lui faire la péridurale. Et là, c’est parti !

J’entre dans le bloc et je suis impressionné par le nombre de personnes dans la salle, tout le monde nous parle avec gentillesse, on m’installe derrière le champs chirurgical (c’est le drap qui permet de ne pas voir l’opération). Le chirurgien commence et nous indique pas à pas ce qu’il fait, c’est très agréable. En tout et pour tout, cela dure à peine 10 min, mais quand on ne sait pas ce qu’il se passe, cela peut sembler une éternité, nous apprécions donc de savoir où nous en sommes. 

Il s’agit d’un nouveau protocole, et le chirurgien demande à ma femme de pousser. Cela n’est pas surement pas aussi intense qu’un vrai accouchement, mais ces gestes symboliques permettent de faciliter la sortie du bébé et de vivre l’opération comme un accouchement. 

Le chirurgien nous précise que tout se passe bien et qu’ils vont baisser le fameux drap. Je vois donc la tête du bébé en dehors du ventre de ma femme, il est tout blanc, il n’y a pas trop de sang. Il manipule le bébé, les gestes sont fermes mais sûrs, et quelques secondes plus tard, le bébé est sorti. Il pleure, tout va bien. Le chirurgien me demande si je souhaite couper le cordon, ce que j’accepte avec plaisir (sans bouger de ma place, je n’ai pas trop envie de voir le ventre de ma femme ouvert). Et voilà qui est fait, l’infirmière entoure le bébé et l’amène à mon épouse pour un premier câlin. C’est un moment magique !!!

Le champs est remonté pour recoudre ma femme, mais elle est très heureuse de pouvoir voir notre fils si vite. Nous profitons pleinement de ces premiers minutes tous ensemble. 

J’accompagne ensuite l’infirmière pour les premiers soins, la pesée et la mesure : 4,480 kilos pour 51 cm, 39 cm de périmètre crânien, autant dire que c’est un beau bébé !!! Une fois tout terminé, l’infirmière m’accompagne dans la salle d’opération pour que ma femme puisse de nouveau en profiter. Elle est aux anges de pouvoir le voir avant de partir en salle de réveil et de faire un premier peau à peau. On lui propose de donner le sein mais elle se sent fatiguée, alors c’est papa qui lui donne son premier complément. 

Nous craignions la césarienne qui reste un acte chirurgicale, mais grâce à ce nouveau protocole, à l’accompagnement et aux explications du personnel, nous avons pu vivre pleinement et sereinement la naissance de notre fils. Et moi en tant que papa et époux, j’étais ravi de pouvoir être présent tout au long de ce merveilleux moment. 

NB: Si vous avez survécu aux saisons de Walking Dead, vous n’aurez aucun soucis à vivre une césarienne 😉

Alex

Alex

Ma vie, c’était les potes, ma nana, les vacances et surtout les sorties, toujours le premier à lever le coude à l’annonce d’un apéro. Et puis un matin, elle m’a dit cette fameuse phrase« Alex, j’ai du retard ». Je me suis cru dans un film, une comédie romantique à l’américaine, et un pipi plus tard sur un test de grossesse, j’allais être papa.

On se dit tous qu’un jour, on sera parents, qu’on aura des enfants et quand ce moment arrive : « Nannnn, c’est trop tôt, j’ai encore plein de choses à faire, … »
Alex

Les derniers articles par Alex (tout voir)

Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0